Bla-bla-bla,  Médias,  Mes courses officielles,  Sports,  Triathlon

IRONMAN 70.3 World Championship – NICE

Swim 🌊🏊‍♀️

Un réveil ⏰ à 5h15 qui pique, mais nécessaire je dois être dans le parc à vélo 🚲 à 6h30 pour un contrôle rapide de la bête ⚙️🛠, petit coup de pression dans les pneus (et pas que 🤪) et je pars gentiment me préparer avec @doculmifolus et @iron.momo ! 

Fabien mon meilleur ami est là, il en prends pleins les yeux, il y a des triathletes absolument partout! Un coup de vaseline dans le cou merci Vincent et l’on se dirige enfin vers nos Sas de départ bonnet vert ✳️ l’espérance je n’arrête pas de me dire ça ,(je ne penserais que plus tard que ça voulais aussi dire vomito 🤢🤮) 😂.

Le départ va être donné on se regarde avec Solene et on partage un vrai moment Triathlete on vous épargnera les détails et c’est parti. 

Solene partira la vague juste avant moi… 

BIP BIP BIP BIIIIPPPPP 🔫💥

C’est à moi, pour éviter les galets présents juste avant d’entrer dans l’eau je décide de plonger … c’était déjà sans compter sur mes lunettes que j’ai faillit perdre 🥵, quelle bonne idée pour gagner 5 sec je viens d’en perdre 20, je panique, retrouve alors mes lunettes perchées sur ma tête, les replaces sur mes yeux mais complètement remplies d’eau, quelle galère, je panique, je fais alors n’importe quoi 🙄. Je prends alors le temps de respirer et de tout replacer correctement avant de prendre un vrai départ nat’ (bon ok avec encore un peu d’eau dans La lunette droite mais j’en ferai pas un drame 🤦🏻‍♀️) 

Je pars sur les 800 premiers mètres à une allure qui me convient très bien, j’arrive à bien me repérer tout est ok, je commence à prendre quelques coups au moment du premier virage (rien de dramatique en triathlon c’est toujours comme ça). Sur la deuxième partie de la nat ça commence à être difficile la mer 🌊 bouge beaucoup je Bois plusieurs fois la tasse 🥴 et ça tangue un peu, beaucoup tout de même ! Pour l’instant je suis contente j’arrive à bien me repérer mais alors au dernier virage, le retour qui soit disant devait être plus facile devient un calvaire, aucune visibilité! Soleil dans la tronche, je n’arrive absolument pas à me repérer, zéro pied à l’horizon mais où son passé les filles Bordel, je m’éloigne, me rapproche, je n’arrête pas de faire n’importe quoi et clairement je perds patience, je n’ai qu’une envie aller en découdre avec mon @meridabikesfrance dans le col de vence. Je sais déjà que ma nat’ va être catastrophique je le sens et ce qui m’énerve le plus c’est de savoir que toute ma course je ne vais penser qu’à ça !!!! 

Je sors de l’eau, (merci aux bénévoles présents pour nous sortir de ce chantier 🏗) 

Regard sur la montre 👀⌚️ : 42’44’’ mon temps le plus nul de tous depuis le début de la saison 😔 sur les championnats du monde 🗺 bravo Séverine tu es au top là ! Je me flagelle un peu et puis je me requinque en me disant que je n’ai plus le choix je dois faire le job sur le bike pour remonter un Max de personnes 🔥. 

Combi enlever en 4 secondes chrono grâce au bénévole de nouveau 👌🏻, je récupère mon sac, et une fois équipée je me dirige vers le bike… 

Plus rien ne m’arrête, je suis déterminée, j’entends et entrevois ma team supporter à la sortie du parc, je suis focus (en fait je ne suis même pas lucide je crois), plus rien ne m’arrête sauf peut être cette petite « frayeur » en montant sur mon bike !!! 

Trifonction mouillée, je glisse et n’arrive à monter sur mon bike, je manque de me prendre la barrière, freine très fort avec le frein avant pour éviter de me la prendre et finalement fini en roue avant improvisée, qui me fera vite retrouver un brin de lucidité 🙄. 

Je me calme, respire, et monte tout tranquillement sur mon vélo en me rappelant que je suis venue là pour kiffer et pas pour me fracasser le crâne 🤪. 

Bike 🚴🏻‍♀️🚵🏻‍♀️

Je pars alors sur mon bike les jambes bien sèche j’ai du mal appuyer pas de prolongateur sur la PROM, je vois les filles au loin je sais qu’un monde toutes mis la misère sur la partie natation je n’ai plus qu’un seul objectif rattraper le plus de filles possible. Je connais le parcours alors j’en ai pas trop sur le début parce que je sais que les cotes avant vacances vont piquer, je garde du jus. Un petit gel 5 min avant d’entamer la grimpette…

Je serai très heureuse d’avoir fait ce choix quand je me rendrais compte que dès les premières montées je rattrape un paquet de filles, je me sens bien mais je m’enflamme pas l’idée n’est pas de faire un super vélo et de ne plus pouvoir courir derrière.

Ce n’est pas un profil pour moi, Je le sais mais je veux quand même faire de mon mieux. J’arrive en bas du col de Vence un coup d’œil sur ma montre ⌚️ 1h00… Parfait je saurais exactement le temps que je mettrais dans le col une fois arrivée en haut de celui-ci ! 

Je monte alors le Col tempo en sachant qu’il reste encore quelques belles côtés après celui-ci 📈 (coursegoule bonjour 👋🏻). 

Dans le col on s’encourage, certaines sont vraiment dans le mal, mais il y en a aussi qui sont en grande forme sur le début puis qui explose littéralement sur la fin, moi je sais que je dois rester régulier et éviter l’explosion sinon le mental explosera avec… 💥.

Le col est passé, je prends de nouveau un gel, je sais qu’il me reste quelques efforts et que je serai bientôt sur la descente (je ne suis généralement pas hyper forte en descente, mais après les conseils avisés de Morgane lors de la reco, et le fait de savoir que les routes sont fermées, j’ai clairement beaucoup d’assurance ce jour là et je n’ai absolument pas peur 🚴🏻‍♀️ 🚀 ! 

Je double énormément de monde dans la descente aussi, je prends un plaisir de fou 🥰. 

Arrivée de nouveau sur la prom’ je relâche un peu et décide de bien tourner les jambes avant de repartir en course à pied! J’entends de nouveau ma team supporter juste avant le parc à vélo 🚲 et j’entre dans la T2 hyper motivée. Un œil 👁 sur le chrono : 3h09 ! Contente de mon vélo je n’avais pas imaginé faire mieux. 

Une T2 en mode flash 🚀, tout se passe bien, je suis à fond et je n’ai rien oublié ! 

Je sors de là en furie, je vois mes amis 👫 , ma famille,  j’ai le Smile comme jamais, tous les feux sont au vert 👌🏻. 

Le km 1 est beaucoup trop rapide, je vois un monde incroyable qui m’encourage certains on fait le déplacement spécialement pour la course c’est un truc de fou, j’entends mon nom de partout c’est incroyable je suis sur un nuage ! Je vérifie l’allure et je me calme un peu.  Au Km 2 mon calvaire commence 🤢, de très fortes douleurs à l’estomac, des nausées comme je n’ai jamais eu sur une course… je cherche une explication mais je n’en trouve pas, je suis juste dans le mal et il faut l’accepter, les jambes sont là mais l’estomac clairement pas. 

J’ai beau croiser les copains, je n’ai pas ce même sourire qui me qualifie tant durant les courses, j’ai mal, même très mal et j’essaie de rester concentrée pour tout garder 🤢. 

@cocotte.bambina m’encourage en me demandant de l’accrocher et que l’on devrais faire la CAP ensemble parce que nous avions fait à peu près le même temps aux sables d’olonne lors de notre qualification, mais honnêtement c’est impossible pour moi, j’ai beaucoup trop mal pour réussir à forcer autant dès le 2ème km. 

Je suis au km5 et je me dis que je n’y arriverai jamais, j’ai mal, elles me dépassent toutes ou presque. 

Je reçois les encouragements de mes amis, des plusieurs abonnés, de bénévoles… j’essaie de leur renvoyer ce sourire mais honnêtement il a du mal à ce lire sur mon visage. 

Je croise enfin solène qui elle aussi comprends rapidement que j’ai besoin de son soutien que je vis un moment désagréable qui ne me ressemble pas. 

Bref j’y vais au mental, l’allure n’est pas si degeu au final, je suis juste un peu à dessus de celle tenue aux sables ! 

J’arrive au km 10,5 ma famille est à bloc, c’est la folie ici j’essaie de sortir le grand jeu, les petits gestes de remerciements, les sourires, mais rien n’y fait, tout le monde a bien vu que je suis dans le mal. 

Je repars pour cet aller-retour interminable jusqu’à l’aéroport ✈️, au km 13 je tente le tout pour le tout, kit a vomir 🤮 et bien tente le gel Séverine ! Je prends alors un gel, et me bats encore sur 2 km, c’est alors le retour vers la ville, je n’ai plus le choix, je décroche le cerveau 🧠 et je ne pense plus qu’à mon chrono de course à pied, tu voulais un chrono Séverine alors tu vas aller le chercher. 

Le gel aurait il fait son effet ou simplement la visualisation de cette magnifique ligne d’arrivée aurait elle fait des miracles ? Je me sens mieux, j’oublie tout, je souris, je profite, je repense à tout ce chemin parcouru et je me félicite… j’essaie qu’après cette ligne je serais plus dure envers moi même alors j’en profite maintenant tout de suite. 

Il reste 1 km j’accélère et évidemment j’en ai sous le pied étant donné que l’estomac ne fait plus des siennes. 

Je suis toute émue, je sais qu’ils seront là, je sais que pour eux je suis une extraterrestre 👽, je sais qu’ils m’idéalise alors que moi il m’arrive parfois encore de me sous estimer 🙄🤦🏻‍♀️. 

Je les vois, je cours d’un pas décidé je temps ma main et c’est une farandole de mains que je toucherais jusqu’à franchir cette ligne ! Je vis un truc de dingue, mon cœur bat très fort. 

Je finis ce semi en 1h48 et passe cette arche en 5h46min le cœur gros et des étoiles pleins les yeux. 

Je pleure encore et encore plus rien ne m’arrêtera pendant les nombreuses minutes qui suivront cette ligne d’arrivée 🏁. 

Encore merci à tous pour vos nombreux messages de soutien avant, pendant et après cette compétition hors norme ! 

J’espère qu’un jour j’aurai occasion de participer de nouveau à un spectacle pareil. 

MERCI LA VIE !!


Un commentaire

  • Coralie

    Merci d’être La personne que tu est ! Un joli CR qui donne envie de vivre un moment comme sa .
    Surtout ne décroche pas ce jolie sourire et ta joie de vivre . Tu peux être tellement fière de toi et de ton parcours . Encore bravo & Merci 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *